À tous nos fidèles clients de l’Alberta,

Il y a 2 semaines, nous avons appris avec consternation que le gouvernement de l’Alberta a décidé d’augmenter drastiquement la taxe appliquée sur toute bière provenant hors de cette province (à l’exception des 2 provinces faisant partie du « New West Agreement » avec l’Alberta: la Saskatchewan et la Colombie-Britannique). Ceci signifie pour Dieu du ciel que nos bières vendues en Alberta viennent soudainement de subir une hausse de 3$ par 6 packs (la taxe est passée de 0.20$ à 1.25$ du litre), littéralement du jour au lendemain. En effet, la hausse de taxe a été annoncée le 27 octobre et entrait en vigueur le lendemain. Cette hausse implique que nos bières vont maintenant être vendues à un prix dépassant le seuil psychologique de 20$ pour un 6 pack. Nous en sommes sincèrement désolés.

Non seulement une hausse aussi subite de taxe est un non-sens, mais en plus le fait de l’appliquer après seulement 24 heures d’avis ne nous a laissé aucune chance, de même qu’à notre agent, de réagir ou de s’ajuster.

N’allez pas penser que nous sommes contre les taxes. Pas du tout. Mais dans la situation présente, il est assez évident que le gouvernement albertain n’a pas pris le temps de sérieusement analyser tous les impacts de ce changement. Il faut aussi prendre en considération que la bière est déjà taxée à tous les niveaux et fortement règlementée autant au niveau fédéral que des provinces.

Certains seront tentés de dire que nous sommes dans une mauvaise position pour nous plaindre, notre SAQ appliquant le même genre de restrictions à toutes les bières importées (par « importées », je veux dire toute bière qui n’est pas brassée au Québec). Ceci est absolument vrai. Mais les politiques à courte vue de la SAQ et l’injustifiable marge de profit (de 2.5 à 3 fois le prix original) qu’elle s’accorde sur tous les produits importés ont fait du Québec un désert en ce qui a trait aux bières importées, au grand désespoir des amateurs de bière. La SAQ n’est pas un modèle à suivre à ce niveau, mais bien plutôt un modèle à éviter. D’ailleurs, beaucoup de québécois sont d’avis que le système dépassé et obsolète de la SAQ devrait être changé.

À notre connaissance, l’Alberta, avant le 26 octobre, était la province où il était le plus facile « d’exporter » sa bière, et représentait un modèle à suivre pour toutes les autres provinces. La situation au Canada est ridicule: 10 provinces ayant 10 régies des alcools qui gèrent de 10 façons différentes le marché de l’alcool. Il est en ce moment plus facile pour nous de vendre nos bières au États-Unis et en Europe que dans les autres provinces canadiennes! L’Alberta était une exception, mais plus maintenant. Il serait temps que nos politiciens travaillent sérieusement à la mise en place d’un système de « libre-échange » pan-canadien pour la bière. Notre pays est probablement un des seuls au monde où la bière ne peut voyager librement d’une région à une autre…

Notre agent albertain (Mike Tessier, Artisan Ales) a travaillé très fort depuis 6 ans pour créer un marché de niche pour nos bières en Alberta, tout en essayant de garder le prix de vente de celles-ci au plus bas possible. Il serait vraiment malheureux que cette soudaine hausse de taxe ait pour conséquence de le voir renoncer à son entreprise, qu’il porte à bout de bras depuis sa création. Parce qu’on le veuille ou non, cette hausse va avoir un impact sur les ventes, et Artisan Ales, en tant que très petite entreprise, ne peut se permettre de perdre ne serait-ce qu’une petite portion de ses parts de marché. Tout ceci fera peut-être en sorte qu’à un certain point, les bières Dieu du ciel ne seront plus disponibles sur le marché albertain. En dépit du fait que nous nous sommes toujours assurés d’offrir un prix plus que raisonnable pour nos bière à notre agent albertain, la situation actuelle fait en sorte que le gouvernement fait maintenant plus de profits sur la vente de notre bière que notre agent. Est-ce normal?